Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Sep

Un ver dans l’œil lui pourrit la vie (Video)

Publié par Diarium  - Catégories :  #Social-Santé

Un parasite s’est développé dans l’œil d’une jeune Valaisanne. Inquiète, la maman s’étonne du temps qu’il faut pour identifier l’intrus et le traiter efficacement.

 

«J’ai tout de suite soupçonné un parasite. Pour l’heure, aucun médecin ne sait véritablement ce que c’est.» Annouchka Nanchen, une mère de famille valaisanne, est angoissée depuis un mois. «Je dispose d’images impressionnantes montrant un ver qui pointe le bout de son nez à l’extérieur de l’œil de ma fille, se désespère Annouchka. Son origine reste un mystère.»

 

Selon leur hypothèse, Rebecca aurait attrapé un parasite appelé Loa, lors de vacances au Cameroun il y a 7 ans. «Mais aucun médecin n’est parvenu à l’identifier de manière certaine», s’indigne la mère. D’après elle, l’ophtalmologue qui les reçoit dans un premier temps diagnostique une simple infection et prescrit des antibiotiques. «Un traitement qui a aggravé le problème», affirme Annouchka.

 

A la Permanence Valais Care SA, à Martigny, on tempère. «Cette patiente bénéficie d’un suivi ophtalmologique régulier et n’a pas d’antécédent particulier, raconte le Dr Christophe Cuq, l’ophtalmologue qui a examiné Rebecca au début du mois. A l’examen, son acuité visuelle était conservée des deux côtés.» L’éventualité d’un parasite ne lui traverse même pas l’esprit. «Je n’avais pas d’élément inquiétant qui aurait nécessité de transférer cette jeune fille dans un service de parasitologie, continue le médecin. J’ai donc effectivement prescrit un traitement. J’ai bien spécifié à la patiente qu’en cas d’évolution, elle ne devait pas hésiter à consulter. L’interrogatoire rempli au début de la consultation n’indiquait par ailleurs pas de voyage récent à l’étranger.»

 

Peu d’experts

 

Les médecins spécialisés dans les maladies tropicales sont peu nombreux. «Il y a une cinquantaine de personnes formées dans cette discipline dans toute la Suisse, souligne le Dr Christoph Hatz, professeur à l’Institut tropical et de santé publique, à Bâle. En cas de doute, il vaut mieux consulter directement un spécialiste. Il est compréhensible qu’un généraliste ne connaisse pas tous les détails liés à une telle maladie.»

 

Quant au risque pour les voyageurs de contracter un parasite comme le Loa, l’expert rassure: «La plupart des maladies tropicales deviennent visibles dans les semaines ou les mois qui suivent le retour, précise-t-il. Même si dans certains cas très rares, les infections apparaissent jusqu’à 20 ans plus tard. Les pays les plus sensibles pour ces problèmes se trouvent en Afrique, mais aussi en Asie et en Amérique latine.» Rebecca est désormais suivie par l’Hôpital du Valais, à Sion. Elle a entamé vendredi un traitement de trois semaines.

 

Un ver dans l’œil lui pourrit la vie (Video)
Commenter cet article

Archives

À propos

Un regard neuf sur l'actualité basé sur des sources fiables.