Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Sep

Les suppressions de postes s'empilent

Publié par Diarium  - Catégories :  #Economie-Finance

Les suppressions de postes s'empilent

A l'image de celle d'Alstom, les annonces de réductions d'effectifs ou de réorganisations s'accumulent depuis des mois. Inquiétant, avant la présidentielle.

 

Ça va mieux, vraiment ? Sur le front de l'emploi, on est en droit de s'interroger. Sur le front statistique, c'est avéré : même si ça n'est qu'un micro-frémissement, les derniers chiffres de l'Insee montrent, par rapport au premier trimestre, un recul de 0,3 point du nombre de demandeurs d'emploi sur les trois derniers mois, soit un taux de chômage de 9,6 % de la population active. Mais quand on regarde de l'autre côté du miroir, celle des vrais emplois, la réalité est tout autre.

 

Destruction d'emplois dans l'industrie et la construction

 

Même si, officiellement, la décision d'Alstom de transférer sa production de locomotives de Belfort à Reichshoffen (Bas-Rhin) ne prévoit officiellement pas de suppressions de postes (pourvu que près de 400 salariés acceptent d'aller travailler pour le groupe ailleurs en France), les annonces de réductions d'effectifs se multiplient depuis plusieurs mois. Servier, Alcatel-Lucent, SFR, Philips... la liste ne cesse de s'allonger.

 

« Des plans sociaux, ce n'est jamais une bonne chose, estime-t-on au cabinet de la ministre du Travail, Myriam El Khomri. Mais nous estimons que la situation n'est pas alarmante. Il faut rappeler que la France a créé 140 000 emplois net cette dernière année. Alors certes, ce sont surtout les TPE et PME, ainsi que les services et le tertiaire qui en ont profité, au détriment de l'industrie. » Des propos qui font écho à ce que révélait, hier, l'Insee, encore lui : si, au deuxième trimestre, l'emploi salarié augmente de nouveau dans les secteurs principalement marchands, l'industrie et la construction continuent, eux, de détruire plus d'emplois qu'elles n'en créent. A l'image des nombreuses fermetures d'usines annoncées dernièrement un peu partout en France.

 

On comprend mieux l'empressement pour le gouvernement de réagir à l'annonce d'Alstom — le nouveau secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, a sommé l'entreprise d'« engager une phase de négociation avant toute décision définitive », un groupe au conseil d'administration duquel il siège depuis février et dont il envisage de prendre 20 % du capital. Surtout, à quelques mois de la présidentielle, cette avalanche de réductions d'effectifs et de plans sociaux tombe mal pour un François Hollande qui a longtemps conditionné sa candidature à la prochaine présidentielle à la fameuse inversion de la courbe du chômage.

 

 

 

Source : Le Parisien

Commenter cet article

Archives

À propos

Un regard neuf sur l'actualité basé sur des sources fiables.