Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Jul

Le gendarme des marchés blâme 3 banques suisses

Publié par Diarium  - Catégories :  #Economie-Finance

Le gendarme des marchés blâme 3 banques suisses

La surveillance des marchés financiers de Singapour va prendre des «mesures fermes» contre des filiales locales d'UBS, de Standard Chartered Bank et de Development Bank of Singapore.

 

Dans un communiqué diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi, le régulateur explique que les manquements constatés dans les activités de ces trois établissements ne se sont pas révélés systématiques comme dans le cas de la banque privée tessinoise BSI. Celle-ci s'était vu révoquer sa licence de banque commerciale et infliger une sanction pécuniaire de 13,3 millions de dollars de Singapour (9,5 millions de francs). C'est son enquête sur l'affaire internationale de blanchiment d'argent liée au fonds souverain malaisien 1MDB qui a mené le gendarme des marchés singapouriens à taper sur les doigts de ces filiales suisses-là.

 

Dans son argumentaire, l'autorité singapourienne de surveillance des marchés financiers (MAS) pointe du doigt des lacunes de contrôle pour les trois banques, et «dans certains cas» des défaillances dans l'acceptation de clients et la surveillance des transactions. Il signale également «des retards excessifs dans la détection et la signalisation de transactions suspectes».

Sérieux manquements

 

Le régulateur relève que les manquements observés ne concernent que «des processus spécifiques et des opérateurs individuels», mais les qualifie néanmoins de «sérieux en tant que tels» et annonce qu'il prendra des mesures, sans spécifier lesquelles.

 

Le MAS a également relevé des «failles substantielles» dans l'application des règlements anti-blanchiment de la part de la filiale singapourienne d'une autre banque suisse, Falcon Private Bank. Celle-ci n'aurait pas, selon le régulateur, évalué de manière appropriée et répertorié certaines irrégularités sur les comptes de ses clients.

 

Le gendarme des marchés indique toutefois que dans ce cas, les investigations se poursuivent, étant donné que certaines relations clients cruciales étaient gérées depuis le siège suisse de la banque.

 

Par ailleurs, les autorités de Singapour ont annoncé jeudi avoir saisi près de 180 millions de dollars d'actifs liés au fonds souverain 1MDB (196 millions de francs).

 

Actifs saisis

 

La moitié de ces actifs sont liés à Low Taek Jho, un homme d'affaires malaisien et proche ami de la famille du Premier ministre malaisien Najib Razak, selon un communiqué commun de la banque centrale de Singapour, de la police et du parquet général.

 

C'est la première fois que les autorités de Singapour rendent public un montant d'actifs ou l'identité d'une personnalité importante depuis l'ouverture de leur enquête l'an passé.

Cette révélation intervient au lendemain de l'annonce par les autorités américaines de leur intention de saisir un milliard de dollars d'actifs (988 millions de francs) liés au scandale impliquant le fonds 1MDB, créé en 2009 par Najib Razak à son arrivée au pouvoir.

 

«Conspiration internationale»

 

L'offensive judiciaire lancée mercredi par le ministère américain de la Justice cible une «conspiration internationale» visant à blanchir des centaines de millions de dollars détournés du 1MDB, avait déclaré la ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch.

 

Selon la plainte des autorités américaines, des proches du pouvoir malaisien,voire des responsables gouvernementaux, ont au total siphonné trois milliards de dollars via un complexe réseau de sociétés-écrans, afin de mener grand train.

 

Le scandale de 1MDB a entraîné l'ouverture d'enquêtes dans plusieurs pays et fini par atteindre le Premier ministre malaisien après des révélations du Wall Street Journal selon lesquelles il aurait perçu un milliard de dollars de financements liés au fonds souverain. Najib Razak a toujours nié avoir commis tout acte répréhensible.

 

Dans ce dossier, les Etats-Unis ont demandé l'entraide judiciaire à la Suisse. Les autorités américaines exigent la saisie de documents bancaires. La procédure est en cours. L'Office fédéral de la justice (OFJ) a chargé le Ministère public de la Confédération (MPC) de mener l'enquête.

 

 

 

Source : Le Matin

Commenter cet article

Archives

À propos

Un regard neuf sur l'actualité basé sur des sources fiables.