Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Jul

GB: la banque Lloyds supprime 3.000 emplois supplémentaires

Publié par Diarium  - Catégories :  #Economie-Finance

GB: la banque Lloyds supprime 3.000 emplois supplémentaires

Lloyds Banking Group va supprimer 3.000 emplois supplémentaires d'ici fin 2017 et près d'une cinquantaine de milliers d'emplois risquent donc d'avoir disparu en moins d'une décennie.

 

Le groupe, qui avait lancé fin 2014 un premier plan de suppression de 9.000 postes, a annoncé une nouvelle cure d'amaigrissement, comprenant la fermeture de 200 agences, se préparant à la persistance de taux d'intérêt bas à cause du Brexit.

 

Depuis 2008, les effectifs de Lloyds ont été drastiquement réduits, passant de quelque 120.000 à autour de 74.000. Avec le nouveau train dévoilé jeudi, qui ferait passer les effectifs à environ 71.000, ce sont près d'une cinquantaine de milliers d'emplois qui risquent donc d'avoir disparu en moins d'une décennie.

 

Le syndicat Unite a réagi en prévenant qu'il s'opposerait à "tout départ forcé". Il a ajouté que le service au client pourrait souffrir du fait de "ces coupes sauvages".

 

Parmi les raisons invoquées, Lloyds a fait état des "changements d'habitude des consommateurs", c'est à dire leur propension à réaliser leurs opérations bancaires de plus en plus via internet et de moins en moins en se rendant au guichet.

 

Mais la banque a évoqué aussi "le maintien d'un environnement de bas taux d'intérêt pendant plus longtemps que prévu", au moment où la Banque d'Angleterre (BoE) pourrait décider d'abaisser ses taux pour doper l'économie après la décision britannique de quitter l'Union européenne.

 

Le taux directeur de la BoE est pourtant déjà fixé au niveau déjà historiquement bas de 0,50%, depuis mars 2009.

 

Des taux d'intérêt plus bas ont tendance à compresser les marges des banques dans leurs opérations de prêts aux clients, par exemple dans le cadre de projets immobiliers, ce qui pèse in fine sur les revenus des institutions financières.

 

Le directeur général de Lloyds, António Horta-Osório, a prévenu aussi que la perspective de l'économie britannique était désormais "incertaine" après le référendum du 23 juin qui a vu les Britanniques décider de quitter l'UE. "L'impact précis dépendra de nombreux facteurs, dont les négociations avec l'UE, et de la vie politique et économique, mais un ralentissement de la croissance semble probable", a-t-il averti.

 

M. Horta-Osório a toutefois jugé que Lloyds était "en bonne position pour affronter l'incertitude du secteur et du marché".

 

La banque a doublé son bénéfice net au premier semestre (1er janvier au 30 juin), à 1,794 milliard de livres (2,15 milliard d'euros), contre 874 millions de livres un an plus tôt.

 

Contrairement à l'exercice précédent, elle n'a pas dû cette fois enregistrer de lourde provision (1,4 milliard de livres) en lien avec un scandale de ventes forcées d'assurances-crédit (PPI). Cette affaire lui a coûté depuis 2011 la somme faramineuse de 16 milliards de livres (19 milliards d'euros au taux de change actuel), notamment pour indemniser des clients lésés.

 

Lors du premier semestre 2015, Lloyds avait en outre subi une charge exceptionnelle de 745 millions de livres liée à la vente de la moitié du capital de la banque de détail britannique TSB qu'elle détenait, cédée à l'Espagnole Sabadell.

 

Lloyds, qui s'est recentrée sur ses activités de banque de détail et de prêt aux entreprises au Royaume-Uni, a vu l'État britannique progressivement se désengager de son capital, après avoir volé à son secours pendant la crise financière internationale. L'État possède désormais moins de 10% de ses parts.

 

Augustin Eden, analyste chez Accendo Markets, a souligné que les résultats publiés jeudi s'appuyaient en effet sur une période pour l'essentiel située avant le vote, "à une époque où tout le monde avait confiance".

 

Les retombées économiques de cette décision sont encore difficiles à cerner mais nombre d'analystes avertissent que le Royaume-Uni risque d'enregistrer un coup frein à sa croissance, voire de tomber en récession.

 

 

Source : Boursorama

Commenter cet article

À propos

Un regard neuf sur l'actualité basé sur des sources fiables.