Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Jun

Biscuits, chewing-gums… : des nanoparticules toxiques retrouvées dans des produits alimentaires

Publié par Diarium  - Catégories :  #Social-Santé

Biscuits, chewing-gums… : des nanoparticules toxiques retrouvées dans des produits alimentaires

L’association Agir pour l’Environnement a lancé un pavé dans la marre la semaine dernière en dévoilant la présence de nanoparticules de titane et de silice, potentiellement toxiques, dans des produits alimentaires industriels vendus en supermarché. Des biscuits Napolitains LU, des chewing-gums Malabar, une blanquette de veau William Saurin, ainsi qu’un mélange d’épices pour guacamole de la marque Carrefour ont notamment fait l’objet d’analyses.

 

La dangerosité des nanoparticules

 

L’étude a été réalisée par le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), à l’initiative de l’association Agir pour l’Environnement. La composition de plusieurs produits industriels a été analysée. Bilan : les chercheurs rapportent la présence systématique de nanoparticules malgré l’absence d’une signalisation claire sur les étiquettes des produits. Les nanoparticules (ou particules ultrafines (PUF)) sont des molécules mesurant quelques milliardièmes de mètre (entre 1 et 100 nm), 1 nanomètre étant 1 milliard de fois plus petit qu'un mètre. Leur taille infime leur confère la particularité de pouvoir s’immiscer très profondément dans l’organisme. Si les risques sanitaires des nanoparticules sont encore mal connus aujourd’hui, on sait toutefois qu’elles sont néfastes pour l’environnement et pour la santé en cas d’inhalation ou de pénétration via la peau, l’eau ou l’alimentation. Elles seraient notamment à l’origine de problèmes inflammatoires pulmonaires.

 

Des nanoparticules dans les aliments analysés

 

Dans les trois premiers aliments étudiés, à savoir les biscuits Napolitains LU, les chewing-gums Malabar et la blanquette de veau William Saurin, les scientifiques ont retrouvé du dioxyde de titane, un colorant blanc (E171), classé en 2006 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme cancérigène possible lorsqu’il est inhalé sans faire mention du caractère nano ou pas de la particule. Quant au mélange d’épices pour guacamole, il contient du dioxyde de silice, un anti-agglomérant (E551).

 

Ces deux substances peuvent se retrouver sous deux formes, nano ou plus grande, dans ces aliments. Par exemple, le dioxyde de titane apparaît sous forme nano à 12% dans les biscuits Napolitain LU, à 2,5% dans les chewing-gums et à 16 % dans les blanquettes de veau. Le dioxyde de silice est présent intégralement sous forme de nanoparticules dans le mélange d’épice.

 

Agir pour l’Environnement pointe du doigt un manque de transparence des industriels. « Cette enquête apporte la preuve qu’il y a défaillance dans l’information et la protection du consommateur. La réglementation, pour laxiste qu’elle soit, n'est même pas appliquée ! », a déclaré Magali Ringoot, coordinatrice des campagnes de l’association.

 

 

 

Source : La Depeche

Commenter cet article

Archives

À propos

Un regard neuf sur l'actualité basé sur des sources fiables.