Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 May

C'est la débandade à Canal + : 183.000 abonnés français en moins depuis le début 2016

Publié par Diarium  - Catégories :  #Economie-Finance

C'est la débandade à Canal + : 183.000 abonnés français en moins depuis le début 2016

La chaîne cryptée n'est vraiment pas au mieux. Alors que ses stars désertent ses plateaux, les abonnements sont aussi en baisse dans l'Hexagone. Mais la maison mère affiche sa sérénité. Les abonnements aux chaînes payantes de Canal+ en France ont reculé de 183.000 au premier trimestre 2016 pour s'établir à 8,28 millions au 31 mars, selon des chiffres rendus publics mercredi lors de l'annonce des résultats financiers du groupe Vivendi.

 

En un an, Canal + a perdu plus de 400.000 abonnés soit -4,7%, indique également Vivendi, un bilan "en ligne avec les attentes". Le groupe rappelle avoir mis en place "un plan de transformation majeur", qui s'est notamment concrétisé par des changements à la tête de la chaîne cryptée et le départ de nombreuses figures de la chaîne. Et notamment celui de Yann Barthès, qui rejoint la concurrence en intégrant le groupe TF1, ou Grégoire Margotton, voix historique du sport sur Canal+, qui "assurera, avec Bixente Lizarazu, les commentaires des derniers matchs de préparation de l’équipe de France dès le 30 mai, et naturellement ceux de l’UEFA Euro 2016, dont TF1 donnera le coup d’envoi le 10 juin prochain", a fait savoir dans un communiqué le groupe présidé par Gilles Pélissier.

 

Arnaud de Puyfontaine, le président du directoire du groupe, a souligné que Vivendi continuait à mener la restructuration annoncée de sa filiale de TV payante "avec détermination" au cours d'une conférence téléphonique. Il a expliqué que Vivendi étudiait plusieurs options en ce qui concerne "l'équilibre entre les programmes cryptés et les programmes en clair", qui pourrait conduire à augmenter le temps d'antenne crypté.

 

PAS DE VENTE D'iTÉLÉ AU PROGRAMME

 

Commentant les informations de presse sur un éventuel projet de cession de la chaîne d'informations iTélé, il a expliqué que Vivendi "n'avait pas entrepris de céder cet actif, mais n'était pas non plus dans une position lui permettant de soutenir des pertes" pour cette chaîne pendant longtemps.

 

Les journalistes d'iTÉLÉ s'étaient inquiétés mercredi 4 mai d'une éventuelle cession de la chaîne par son propriétaire, Vincent Bolloré, annoncée mardi par le site d'information Mediapart, mais démentie par Canal+. "Être propriétaire d’une chaîne d’info, ça engage. C’est étrange d'avoir quelqu’un qui vous a voulu et qui, quelques mois après, ne vous veut plus", avait lancé sur RTL le président de la Société des journalistes de Canal+/iTÉLÉ, Olivier Ravanello, à l'adresse de Vincent Bolloré, président du conseil de surveillance du groupe Vivendi.

 

Alors que la chaîne accumule les pertes, Mediapart avait affirmé que Vincent Bolloré avait "mis en vente la chaîne d’info en continu iTÉLÉ", citant "des informations confidentielles". Mais Canal + avait démenti.

 

En septembre 2015, après avoir pris le contrôle de Canal+, Vincent Bolloré, déçu des audiences d'iTÉLÉ, avait promis des investissements et brutalement remercié les directrices de la rédaction et de la chaîne.

 

Guillaume Zeller, qui dirigeait le pôle numérique de Direct Matin, avait été nommé directeur de la rédaction, avec pour numéro 2 une jeune ex-journaliste de LCI, Virginie Chomicki. "On n'a rien à leur reprocher, ils ne font rien. On nous demande de faire la même chose que BFMTV avec un budget inférieur de 50%", avait déclaré Olivier Ravanello, dénonçant des "économies de bout de chandelle".

 

CANAL+ À L'INTERNATIONAL COMPENSE LES PERTES

 

Enfin, Vivendi mise toujours sur un accord de distribution exclusive entre Canal+ et beIN Sports pour récupérer des abonnés, mais cet accord est suspendu à l'avis de l'Autorité de la Concurrence qui pourrait se prononcer avant la fin du mois.

 

Le portefeuille global de Canal+ est néanmoins en hausse de 170.000 abonnements en un an à 15,4 millions, "grâce aux très bonnes performances des activités de télévision payante en Afrique", relativise le groupe.

 

Au total, en ce qui concerne la télévision, la "situation difficile des chaînes Canal+ en France est compensée par les autres activités de groupe Canal+, notamment à l'international", note Vivendi.

 

Plus globalement, le groupe de médias et contenus Vivendi a vu son bénéfice net bondir au premier trimestre à 862 millions d'euros, gonflé notamment par la vente de l'éditeur de jeux vidéos américain Activision Blizzard, mais s'attend à ce que les pertes de Canal+ en France continuent à se creuser cette année, notamment à cause de l'inflation des coûts sportifs.

 

 

Source : Boursorama

Commenter cet article

Archives

À propos

Un regard neuf sur l'actualité basé sur des sources fiables.